Quand l'abattoir vient à la ferme

Accueil » ~Articles de presse~

~Articles de presse~

Nous référençons ici quelques-uns des articles de presse qui évoquent les solutions d’abattoirs mobiles depuis plusieurs mois.

Année 2017


04/09/2017 : Ces éleveurs qui prônent l’abattage à la ferme, Le Figaro

01/03/2017 : Agriculteurs, ils veulent abattre eux-mêmes leurs animaux, Europe 1.
La question de l’abattage à la ferme doit être abordée lors du Salon de l’agriculture. Si la pratique réunit de plus en plus de soutiens, des doutes pèsent sur sa faisabilité.

16/02/2017 : Stéphane Dinard : « Leur offrir les meilleures conditions de vie possibles », La Vie

12/02/2017 : « L’abattoir? Jamais. Mes vaches mourront chez moi, » Stéphane éleveur de Dordogne, France Bleu Périgord
Trop de stress pour ses animaux et pas bon pour la qualité de la viande : voilà deux raisons suffisantes pour que Stéphane Dinard, éleveur périgourdin n’amène plus ses bêtes à l’abattoir. Depuis neuf ans, il tue ses veaux et cochons à la ferme même si c’est interdit. Jamais il n’amènera ses bêtes à l’abattoir. Il y a 10 ans, voir ses cochons partir dans un camion, stressés et angoissés l’a vacciné. Depuis Stéphane Dinard, éleveur à Eygurande-et-Gardedeuil, vers Montpon-Ménestérol tue ses cochons et ses vaches à la ferme, en plein air. « Le transport vers l’abattoir, ça les énerve. Je ne les ai pas élevées dans le calme pour qu’elles stressent le dernier jour de leur vie. » Au-delà de leur souffrance, Stéphane est persuadé que le stress ressenti par les animaux a un impact sur la qualité de la viande. Selon lui, des études montreraient que les vaches peuvent perdre le temps du transport puis de l’attente du moment fatidique jusqu’à 5% de leur poids.

11/02/2017 : Un abattoir mobile à la recherche d’éleveurs ardennais, L’Ardennais
L’entreprise de Saône-et-Loire, qui se déplace avec un abattoir mobile, cherche des éleveurs ardennais.

Année 2016


07/11/2016 : Abattoirs mobiles : l’expérience arrive en France, Marianne
A partir de mai 2017, la société « Le Bœuf éthique » va lancer des abattoirs mobiles. L’objectif : abattre les animaux à la ferme pour une viande « éthique ».

12/10/2016 : Changer l’abattoir, un combat pour la dignité de tous, Confédération Paysanne
Le rapport parlementaire d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français a été rendu public le 20 septembre. Malgré le refus gouvernemental de financer une vaste étude sur l’abattage de proximité, la Confédération paysanne reste déterminée à travailler sur le sujet.

05/10/2016 : L’abattoir est dans le pré, Les Jours (Article complet réservé aux abonnés)
es paysans ont de tout petits élevages, environ dix fois moins de têtes que leurs voisins, environ cinq fois moins que le minimum recommandé par les chambres d’agriculture pour s’installer. Leurs bêtes ont souvent un prénom. Elles ont aussi une espérance de vie deux fois plus élevée que la majorité de leurs congénères des gros élevages. Elles paissent en plein jour, leurs viande et fromages sont bios. Mais ces éleveurs qui aiment tant leurs animaux voudraient aller plus loin. L’étape suivante peut sembler paradoxale : ils souhaitent avoir le droit de tuer leurs veaux, vaches et cochons à la ferme. Beaucoup le font même déjà. Ils vendent cette viande en secret car la pratique est illégale : ils risquent six mois de prison et 15 000 euros d’amende. Rares sont les hors-la-loi qui l’assument.

28/09/2016 : Vers la création d’abattoirs mobiles?, Natura Sciences
Mardi 20 septembre, la commission d’enquête chargée d’étudier le fonctionnement des abattoirs français et présidée par le député Olivier Falorni a rendu son rapport. 65 mesures sont proposées afin de limiter la souffrance des animaux. L’une d’elles préconise « de soutenir à titre expérimental la mise en place de quelques abattoirs mobiles ».

26/09/2016 : Le premier abattoir mobile de France, Journal de Saône-et-Loire
L’abattoir d’Autun a signé vendredi un partenariat avec la société privée “Le Bœuf Éthique” qui, au mois de juin prochain, mettra en service le premier abattoir mobile pour bovins de France. « Nous sommes partis du postulat que 10 % des consommateurs de viande étaient prêts à arrêter d’en manger à cause de la maltraitance animale. Et par “maltraitance animale”, ils parlent notamment du transport en bétaillère jusqu’à la tuerie », a avancé Émilie Jeannin qui travaille avec des associés au développement de cet abattoir itinérant.

23/09/2016 : Grand Format du Monde : Et si on abattait les animaux à la ferme ?, Le Monde
Être transporté des heures pour finir dans une chaîne de transformation, voilà comment finissent la grande majorité des animaux d’élevage destinés à être mangés. Dans le meilleur des cas, les transporteurs et les abattoirs respectent les normes, qui demeurent toutefois stressantes pour les bêtes. Dans le pire des cas, les animaux subissent des maltraitances, comme l’attestent les vidéos de l’association L214. Certains éleveurs font tout pour donner une vie heureuse à leurs bêtes, mais ils ne peuvent pas contrôler ce qui se passe derrière les portes de l’abattoir. Comment donner une mort digne aux animaux ? Certains plaident pour un abattage au plus proche du lieu de vie, idéalement, sur la ferme où ils sont nés et ont grandi.

21/09/2016 : Les abattoirs mobiles vont-ils débarquer en France?, Atabula
Alors qu’un rapport vient d’être remis pour améliorer la situation des abattoirs, l’entreprise suédoise Hälsingestintan va œuvrer à l’amélioration du bien-être animal et de la qualité de la viande à sa façon. Franck Ribière, producteur et scénariste du documentaire Steak (R)évolution, souhaite importer en France le concept de Hälsingestintan.

19/09/2016 : En Suède, un abattoir mobile se déplace de ferme en ferme, Le Monde
Quelque 5 500 bêtes sont abattues à la ferme chaque année avec ce dispositif qui parcourt les routes suédoises depuis près de deux ans.

21/07/2016 : Abattre à la ferme pour limiter le stress des animaux, Sans Transition.
Suite à la diffusion des vidéos de L214 faisant état de maltraitances et de graves dysfonctionnements dans plusieurs abattoirs du sud de la France, Sans Transition a enquêté pour savoir s’il est possible de changer durablement les pratiques d’abattage. Certains éleveurs militent pour un abattage à la ferme pour diminuer le stress des bêtes. C’est le cas de Bernard Leroy-Berger qui élève avec sa femme, Christine, des chèvres et des chevreaux, près de Malaucène, dans le Vaucluse. Retrouver le dossier « Abattage : peut on faire autrement ? », dans le n°1 de Sans Transition.

14/07/2016 : Pour éviter le stress, la Suisse autorise l’abattage à la ferme au fusil, Web Agri
La première autorisation définitive délivrée en Suisse pour l’abattage au pâturage a maintenant force de loi. Pour éviter le stress des animaux durant le transport, les éleveurs helvètes peuvent désormais abattre leurs bovins à la ferme au fusil, puis transporter l’animal mort à l’abattoir pour la découpe.

08/07/2016 : L’abattage à la ferme, un abattage éthique pour une viande unique, Agrapresse
Franck Ribière prévoit de créer toute une filière bœuf éthique de la naissance à la mort de l’animal, induisant un abattage à la ferme avec l’aide d’un camion. Il a été auditionné le 6 juillet par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie.

08/07/2016 : Ces éleveurs qui ne vont plus à l’abattoir, Sud Ouest (Article complet réservé aux abonnés)
Ils ont élevé leurs animaux avec amour, en sachant qu’ils doivent mourir. Ils les destinent à une mort sans souffrance. Exemple avec Stéphane Dinard, en Dordogne.

08/07/2016 : Porcher J., 2016, Scandale des abattoirs : beaucoup d’éleveurs abattent eux-mêmes, Entretien avec Richard Boudes. Midi Libre
Entretien avec Jocelyne Porcher, directrice de recherches à l’Inra de Montpellier et spécialiste en élevage. Elle réagit au scandale des abattoirs.

29/06/2016 : Vidéos de L214 : il est urgent de légaliser l’abattage à la ferme, Huffington Post
Je n’ai pas regardé la nouvelle vidéo diffusée par l’association L214 et je ne la regarderai pas. Comme vous, comme nous tous, je me suis infligé le spectacle terrifiant des précédentes. La mort n’est pas, ne peut pas et ne doit pas être un spectacle. Je n’ai donc pas besoin de voir plus de sang pour comprendre qu’il y a urgence à agir. Mais dans quel sens?

16/06/2016 : Suède : Abattre à la ferme pour moins de cruauté, 8eme Étage (Article complet réservé aux abonnés)

08/06/2016 : En Suède, un abattoir mobile pour éviter la souffrance animale, Reporterre
En France, les scandales dans les abattoirs ont provoqué une réflexion et une mission d’enquête parlementaire a été lancée. Elle pourrait s’inspirer d’une expérience suédoise : une entreprise y pratique l’abattage à la ferme, érigeant la viande « éthique » et sans souffrance en modèle économique.

26/05/2016 : Naître, vivre et mourir à la ferme : une autre vie pour les animaux d’élevage, Pet In The City
Les scandales révélés par l’association L214 sur les conditions d’abattage des animaux de ferme, y compris dans des abattoirs certifiés « bio », ont soulevé de nombreuses questions et notamment celles des alternatives possibles pour les éleveurs qui respectent leurs animaux et souhaitent les voir mourir dans des conditions dignes.

30/03/2016 : Porcher J., 2016, Une mort digne des animaux d’élevage, c’est possible, Tribune, Libération
Devenir vegan n’est pas la seule solution pour respecter les animaux. Autorisons plutôt les éleveurs à abattre les bêtes dans leur ferme, loin des abattoirs.

19/03/2016 : Abattoirs à la ferme, Anne Leroy pour les Inrocks
Portrait de Stéphane Dinard et processus d’abattage d’un cochon à la ferme.

16/03/2016 : Porcher J.et collectif, 2016.  « Nous voulons obtenir le droit d’abattre nos animaux dans nos fermes ». Entretiens avec Céline Boff, 20 Minutes
Un collectif s’est créé pour demander la mise en place d’un abattoir mobile alors que l’abattage à la ferme est pour l’heure strictement interdit…

Année 2015


29/06/2015 : Un autre abattoir est possible, La Ruche qui dit Oui
Dans les abattoirs, c’est la crise. Une crise économique. Une crise éthique. Et quand des petits producteurs se battent pour élever leurs animaux avec les meilleurs soins, ils voient trop souvent leur travail saccagé en fin de course. Il existe cependant des solutions pour abattre les animaux plus dignement. On s’y met quand ?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :